Jusque à présent il était difficile de faire la distinction entre grands strongles et petits strongles . Il fallait faire une coproculture pour faire éclore les oeufs, et les laisser se développer jusqu'au stade L3 (forme infectante). C'est seulement à ce stade que l'on peut les identifier. Cette technique est longue, plus d'une semaine et pleine d'aléas. La technique consistant à mesurer la taille des oeufs ne fonctionne pas. Si statistiquement les grands strongles ont des oeufs plus gros que les petits strongles, il y a une superposition dans la répartition des tailles, ce qui rend l'identification individuelle impossible.
Grace à la biologie moléculaire il est maintenant possible de faire cette distinction.
Au laboratoire on isole l'ADN des oeufs, puis on amplifie une séquence spécifique de chaque population. Après amplification il suffit de faire migrer les produits de la PCR dans un gel d'agarose. on obtient des bandes spécifiques soit des grands strongles soit des petits strongles. Cette technique est rapide, résultats en 24 heures.

distinction petits strongles grands strongles

La première ligne à gauche est un marqueur de taille.
La ligne 2 : petits strongles
ligne 3 ; négatif
ligne 4 ; petits strongles avec un autre système d'amplification

Rédigé par Frédéric Bermann le Samedi 5 Octobre 2013 à 07:16 | Commentaires (0)

Profil
Frédéric Bermann


Infos XML

Archives


Dans nos blogs

Galerie


Liste de liens

RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile